Les origines et la création

Réflexions préliminaires et création

              Depuis l'époque romantique, la clientèle fortunée fréquentant la ville avait pour habitude de se rendre en haut de la montagne surplombant Luchon : Superbagnères culminant à 1800 mètres, le chemin se faisant à cheval (les dames en Amazone) en une heure et demie voire deux, encadré par un ou deux guides à cheval de la prestigieuse compagnie des guides de Luchon (la plus importante de la Chaîne) ; le sentier muletier avait été achevé en 1898. Là haut, une petite cabane installée sur la commune de St Aventin (Luchon ayant cédé en 1583 la montagne pour 500 livres) leur permettait de se restaurer et se reposer.
L'hiver, ces premiers touristes faisaient du ski dans la ville (tirés par un cheval), ou sur les basses pentes des versants d'Herran ou de Superbagnères. Les skis de l'époque demeuraient fort rudimentaires : constitués de 2 planches de bois très longues (2m40) recourbées, avec une fixation simple : des chaussures à clous retenues par des lanières de cuir, il n'y avait qu'un seul bâton de 2m. Les skieurs n'avaient pas de tenue adaptée, et les dames skiaient en robes longues. Il est intéressant de noter que les gens  savaient très peu skier (du moins la plupart), ils ne faisaient que glisser.  Mais l'envie de profiter de l'enneigement des sommets voisins conduisit le brillant président du Syndicat d'initiative de la ville Monsieur Ludovic Dardenne (le célèbre pharmacien, qui créa dans son fameux laboratoire de Luchon le premier chocolat de régime qui connaît toujours un grand succès) d'étudier le projet de création d'une station d'altitude. Après bien  des questionnements sur le massif à choisir, un groupe de promoteurs (après s'être documenté en Suisse sur ce qui se faisait de mieux à l'époque) décida de la création d'un grand hôtel et d'une voie ferrée d'accès ; les convictions personnelles de deux hommes en avance sur leur temps (M. Dardenne et son ami M. Jardy)  permirent l'adhésion définitive pour une voie ferrée à crémaillère. Ainsi un groupement financier était crée, et en 1907, les promoteurs réussirent à obtenir un bail emphytéotique avec les communes de Luchon, St Aventin et Castillon pour l'aménagement de la station avec construction d'une voie de chemin de fer permettant l'accès au plateau en 45 min. En 1908 est établie une table d'orientation au sommet des crêtes par le Touring Club de France et le CAF.


                De ce projet, suivit la création d'une société anonyme : la société des Chemins de Fer et Hôtels de Montagne aux Pyrénées : la CFHMP, filiale de la compagnie des chemins de fer du midi, dont le directeur d'exploitation Monsieur Jean Raoul PAUL convaincu du succès prochain du tourisme Pyrénéen était un fervent partisan de l'aménagement de Superbagnères (et visionnaire : n'avait-il pas opté pour la traction électrique dès les années 20…). La CFHMP décida l'aménagement de Font Romeu, projeta celui de la Rhûne…

La Société a été créée le 2 août 1911 pour une durée de 99 ans avec pour objet : " la construction et l'exploitation du chemin de fer à crémaillère et de l'hôtel de Luchon-Superbagnères ; du funiculaire et de l'hôtel de La Chaumière, à Luchon ; la construction et l'exploitation de tous autres chemins de fers, tramway et hôtels de montagne ou non, aux Pyrénées et dans la région desservie par la Compagnie des Chemins de fer du Midi ; exploitation des hôtels et buffets de cette dernière compagnie. Accessoirement l'acquisition, la construction, la mise en valeur et l'exploitation d'immeubles, ainsi que toutes opérations commerciales, financières, mobilières et immobilières se rattachant aux objets ci- dessus " et pour capital 3 500 000 Francs réparti en 14000 obligations de 250F et 8500 de 1000F ; capital porté à 4 100 000F en 1913 puis à 11 000 000F en 1923… Son conseil d'administration sous la présidence de M. Jean Raoul PAUL comprenait 9 membres détenteurs de 50 actions dont le brillant Ludovic DARDENNE.

                Après l'accord des ingénieurs et administrateurs sur le tracé à suivre, les travaux de construction du chemin de fer commencèrent en juillet 1911 (sous maîtrise d'ouvrage de la Cie du Midi, la maitrise d'ouvrage fut transférée à la CFHMP en août) aidés par une locomotive à vapeur de travaux ; et furent achevés en un temps record, malgré la construction d'un grand viaduc, magnifique ouvrage d'art. Ainsi, le 17 Août 1912 intervenait l'ouverture de la ligne et l'inauguration en grande pompe en présence de M. TESSIER directeur de la Cie du Midi, M. PAUL Président de la CFHMP, M. ESTRADERE maire de Luchon, MM. EYDOUX et THEVENOT ingénieurs et entrepreneurs.

Chocolats Dardenne

Les années de travaux et d'aménagement 1912-1966

                Dès l'achèvement de la construction de la voie ferrée, les travaux de construction de l'hôtel démarrèrent, le transport des matériaux fut organisé par la crémaillère durant 10 ans qui grâce à ses 4 wagons plateformes permit le transport en quantité de matières premières.
La compagnie du Midi nomma à la tête de la station et de l'exploitation du train un excellent ingénieu,r Monsieur Lafforgue, qui eut la charge d'achever la construction de la station. Il inventa et créa un système de remonté mécanique original, ancêtre du téléski actuel: un treuil électrique tirait un traîneau et des skieurs. Il était situé un peu plus haut que l'actuel Snack-Bar, à l'arrivée vers le plateau, endroit que l'on a nommé en souvenir " Col du Treuil ".

                En 1922, l'hôtel, véritable palace, paquebot des sommets était achevé. Il est l'œuvre comme les gares de Luchon et Super de l'architecte Henri MARTIN, architecte préféré de la Cie du Midi (il a aussi transformé le casino de Luchon à la même époque). Le plan des voies est modifié pour rajouter une desserte spéciale pour l'hôtel. La station commençait à attirer une nombreuse clientèle et ; en 1938, il fallut acheter au chemin de fer de la Rhune  une rame complète supplémentaire (plus rapide de 5 min), la capacité se montant alors à  5 rames de deux voitures dont 3 de premières classes.

                En 1936 la station accueille un championnat du monde avec toutes les retombées qui en découlent.

                En 1937, c'est la création du premier téléski moderne d'Europe et probablement du monde : Cabane, remontée mécanique équipée d'un tambour de bois cerclé de fer pour guider le câble portant d'abord des brassières puis par la suite des sellettes métalliques à ressort.

                Le 1er Janvier 1938, le gouvernement français crée la Société des Chemins de Fer Français (SNCF) en nationalisant les 6 grandes compagnies ferroviaires, la Compagnie des Chemins de Fer du Midi et du Canal Latéral devenue Midi- Po, maison mère la CFHMP est nationalisée avec ses filiales, la CFHMP exceptée : elle bénéficie donc d'une totale autonomie, son siège déménage du 54 bd HAUSSMANN au 92 rue St Lazare à Paris. Les directeurs de la station ne sont plus nommés par la Cie du Midi mais par la CFHMP.






Alban et André LEYMARIE, Histoire de Superbagnères  ©Editions LACOUR- OLLE


Site web créé avec Lauyan TOWebDernière mise à jour : dimanche 2 octobre 2011